REFONDATION Inventons une France de liens et de partages !

Convention ECOLOGIE :

RUPTURE OU TRANSITION ?

 

Refondation va, avec vous, préparer tout au long de l’année 2018 son projet au fil de plusieurs conventions thématiques nationales qui se tiendront dans les régions. Ces conventions sont des moments de débats, ouverts, libres à chacun, autour de grands témoins, de personnalités et d’acteurs qui agissent au quotidien pour inventer, bonifier ou défendre. Les conventions thématiques  ponctuent et relais un travail de contact, de réunions, de rencontres, de remontées d’expériences qui va se dérouler toute l’année, dans toutes les régions, portés par les volontaires et adhérents de Refondation, et tous ceux qui viendront à leur rencontre.

Notre travail de projet et les conventions vont également s’appuyer sur vos contributions par mail (contact@refondation.fr). Nous vous invitons donc à réagir librement et aussi souvent que vous le souhaitez…

 

FACE AU CHOC ECOLOGIQUE :

LA TRANSITION SOLIDAIRE ET LA REFONDATION DES TERRITOIRES.

 

La convention va mettre en discussion le projet d’une société écologique et solidaire fondée sur l’économie de la réciprocité et de nouvelles formes de gouvernance des biens communs.

Notre projet s’enracine dans les expériences de résistances créatrices, de solutions innovantes. Il faut sortir ces nouvelles pratiques du ghetto de l’expérimentation permanente dans lequel elles sont aujourd’hui enfermées, pour en généraliser le meilleur.

Notre convention vise à rendre visible et à mettre en débats ces transformations silencieuses. Il faut repenser les politiques publiques et les cadres institutionnels afin de faciliter l’émergence, la mise en synergie, et le déploiement de solutions alternatives.

Ces temps d’échanges et de débats entre acteurs de terrain, représentations des organisations professionnelles agricoles, élus, experts et vous-mêmes se dérouleront à partir de trois tables rondes, suivies d’ateliers participatifs.

 

1ère table ronde : CLARIFIER LES ENJEUX ÉCOLOGIQUES GLOBAUX ET OUVRIR VERS DES MODÈLES SOCIO-ÉCONOMIQUES ALTERNATIFS

  • Sommes-nous entrés dans une nouvelle ère géologique et climatique, clôturant une période de l’histoire de la terre qui marque l’impact des activités humaines sur l’écosystème ?

Déforestation, surexploitation des ressources naturelles, pollution qui ont pour conséquences le réchauffement climatique, la montée des océans, l’extinction de masse dans le règne animal, la destruction de la biodiversité, l’accroissement des inégalités et les tensions géopolitiques.

  • Au regard des limites planétaires, la croissance verte est-elle la solution ?
  • Peut-on établir des liens entre croissance économique,  respect de l’environnement et  justice sociale ?
  • En quoi l’économie de la réciprocité permet-elle de préserver les ressources naturelles et de réduire les impacts environnementaux ?

 

2ème TABLE RONDE : PRODUIRE ET CONSOMMER AUTREMENT : LA TRANSITION AGRO-ÉCOLOGIQUE, ENTRE EXPÉRIMENTATIONS ET DÉPLOIEMENT 

Des retours d’expériences sur :

  • Les processus de transformations d’un modèle d’une agriculture intensive vers une agriculture raisonnée
  • Les modalités de financements participatifs pour l’installation de nouveaux agriculteurs
  • Le modèle économique des micro fermes en permaculture

Pour répondre à de grandes questions :

  • Quels sont les freins et les leviers d’une transition agro-écologique partagée ?
  • Les modèles agricoles alternatifs peuvent-ils changer d’échelle ?
  • A l’heure du CETA, qu’en est-il du plan d’action gouvernemental de développement de l’agro-écologie et de la réforme de la PAC ?

 

3ème TABLE RONDE : REPENSER LES TERRITOIRES, LES RESSOURCES, LES ÉNERGIES COMME BIENS COMMUNS 

La gouvernance du territoire par tous comme un écosystème : l’Etat et les collectivités publiques doivent-ils être les seuls gestionnaires et garants de l’intérêt général ?

A partir de retours d’expériences de gestion collective de l’eau et du foncier sur des territoires :

  • La gouvernance des biens communs permet-elle de s’opposer à la privatisation des ressources et d’inventer de nouvelles pratiques de démocratie locale ?
  • Comment définir les biens communs ?
  • Des communs universels aux communs construits
  • A quelle échelle peut-on gérer les communs ?
  • Entre les acteurs privés et les acteurs publics, un troisième groupe d’acteurs, les communautés d’usagers, pour cogérer les biens communs.
  • Sortir du nucléaire ?

 

« Notre eau, notre biodiversité, notre culture, notre santé, notre éducation ; récupérer les communs est le devoir politique, économique et écologique de notre temps »,

VANDANNA SCHIVA militante écologiste INDIENNE :  vers une « écologie intégrale ? »

 

Pour vous inscrire à la Convention, cliquer ici

Fermer le menu
×

Panier